Retour aux sources ? Belle opération marketing ?

Leica a dévoilé un nouveau boitier « M », le M-A. Un boitier sans électricité qui s’adresse sans doute à un marché de consommateurs aisés (sans doute asiatiques) à la recherche d’une forme d’authenticité. Un boitier 100% mécanique.

Leica M-A : pas d’électricité

Le Leica M-A est composé uniquement de pièce mécanique, pas de circuit imprimé, pas de batterie, pas de cellule photo-électrique, non, rien que des ressorts, des vis, des plaques et des écrous. Le Leica M-A est bien entendu un appareil argentique 24×36, pour lequel le constructeur recommande la célèbre et excellente pellicule Kodak Tri-X 400. Pour le reste, pas grand chose à dire; une mécanique bien rodée puisque le premier Leica M (le Leica M3) est sorti en 1954.

Le marketing poussé à son comble

Loin de moi l’idée de critiquer la qualité de fabrication des boîtiers ou des objectifs Leica. Prenez un « mauvais » Leica et vous avez encore dans les mains un appareil photo exceptionnel par sa construction, sa qualité optique ou sa robustesse. Mais d’un point de vue marketing, on est vraiment sur le fil du rasoir en terme de réponse à un besoin client.

Sur le site de Leica, on peut lire :

Purement mécanique, le Leica M-A est un instrument de précision qui a été si drastiquement réduit à l’essentiel qu’il ouvre des horizons créatifs entièrement nouveaux pour les photographes.

Ça c’est sûr ! La créativité n’est pas freinée par la technologie. Par contre que certains soient suffisamment peu préoccupés par des questions financières pour mettre une petite fortune (4100€ env.) dans un appareil qui nécessitera d’acheter un posemètre pour s’en servir; ça c’est sûr !

Enfin, le Leica M-A est tout de même un très bel objet photographique, un peu cher sans doute, mais un magnifique appareil.

Il est décliné en deux versions, une noire et une silver et se vend à un peu plus de 4100 €.

Share it