L’hiver est arrivé ! En tous les cas dans l’hémisphère nord. Pour autant, hors de question de remiser son matériel photo. L’hiver offre de merveilleuses lumières.

Pour capturer la magie de l’hiver avec ses matins brumeux, ses crépuscules enneigés ou les illuminations de Noël, il suffit de s’organiser un peu.

Se protéger du froid

Le premier impact du froid, vous le ressentirez rapidement; vous allez avoir froid ! Et ce froid risque de vous déconcentrer et de vous empêcher de prendre les bonnes photos.

Le corps

Pour le corps, pas de secret, on se couvre en utilisant la technique de la pelure d’oignon, c’est à dire en empilant de fines couches pour obtenir la couverture nécessaire et en enlever si nécessaire pour s’adapter à des variations de température. A titre d’exemple, je porte souvent un t-shirt, une polaire, un blouson sans manche, une veste en jean, un manteau léger et une parka imperméable en cas de grand froid. Cet empilement évite que la chaleur corporelle s’échappe, protège du vent et de l’humidité.

Les pieds

Pour les pieds, ne lésinez pas sur la qualité de vos chaussures, comme disait ma grand mère : on attrape froid par les pieds ! Outre le confort de marche si vous travaillez longtemps à l’extérieur, pensez au pouvoir isolant de vos chaussures et posez vous la question de l’imperméabilité. Il peut être intéressant d’avoir une paire de guêtres dans votre sac si vous êtes dans la neige.

Les mains

Pour les mains, il y a plusieurs solutions, trois en l’occurrence.

  • Premièrement, vous considérez que vous n’aurez pas froid aux mains et vous travaillez sans gant.
  • Deuxièmement, et c’est ma préférée, vous voulez garder tous vos doigts disponibles et vous investissez dans une bonne paire de mitaines en laine.
  • Troisièmement, vous pouvez investir dans une paire de gants avec des doigts amovibles. Pratiques mais plus fragiles que des gants ou des mitaines, ces gants permettent de garder les doigts au chaud quand on ne photographie pas et d’en sortir un ou plusieurs le cas échéant.

Protéger son matériel

Pour le matériel il y a trois points d’attention à considérer:

  • Les batteries
  • Le boitier
  • La condensation (sur les optiques et le boitier)

Les batteries

Les batteries de votre appareil photo n’aiment pas le froid, elles détestent même. Quand elles ont froid elles refusent de délivrer du courant électrique. Dès qu’elles retrouvent une température acceptable, elles refonctionnent. Il faut donc les garder au chaud. N’imaginez pas de dispositifs high-tech pour cela, mettez simplement votre ou vos batteries dans une poche la plus proche possible de votre corps et la plus loin possible de l’extérieur. Donc évitez les poches de pantalon et privilégiez les poches intérieures d’une polaire ou d’une veste.

ll n’y a aucun inconvénient à sortir la batterie de votre appareil entre les prises de vue pour la garder au chaud.

Le boitier

Dans le cas des appareils photo numériques, c’est l’électronique du boitier qui pourraient pâtir du froid. A titre d’exemple pour le Canon 1D-X Mk II, le constructeur annonce une plage de fonctionnement :

Environnement d’utilisation: 0 à 45 °C, 85 % d’humidité maximum

Données Canon

En dessous de 0°C, l’électronique risque de dysfonctionner. Il faut donc essayer de garder le boitier au « chaud ». Mais pas trop pour éviter la condensation. Votre amie, dans ce cas, est l’inertie thermique des matériaux. S’il fait -10°C à l’extérieur, le temps que votre boitier atteigne cette température est relativement long si vous le conservez à une température de 10°C environ. Il suffit donc de laisser votre appareil dans votre sac quand vous ne l’utilisez pas. En fonction de la température extérieure, vous pouvez entourer votre appareil d’une couche supplémentaire comme un t-shirt en coton ou en micro-fibre.

La condensation

La condensation apparaît lors du passage d’un environnement froid vers un environnement chaud. Donc en hiver, lorsqu’on rentre d’une séance de shooting.

La physique simplifiée

La condensation est liée à la quantité d’eau (sous forme de vapeure d’eau) que peu contenir l’air. L’air froid ne peut contenir moins que l’air chaud. Lorsqu’on refroidit de l’air chaud saturé en humidité, il ne va plus pouvoir contenir la même quantité d’eau et la seule manière de s’en débarrasser, c’est de la condenser sous forme de gouttelettes.

Donc la condensation ne se fait que lorsqu’on refroidit de l’air. C’est ce qui arrive lorsque du matériel froid entre dans un environnement chaud, il refroidit l’air chaud. L’arrivée du matériel photo froid va faire se condenser les couches d’air de la pièce chaude (chaud et humide) sur ces parties froides (boîtier, objectifs et accessoires), y-compris, bien souvent, à l’intérieur de l’appareil et des optiques.

Le phénomène de condensation peut apparaître également lorsqu’on sort l’appareil du chaud vers le froid : l’air contenu dans l’appareil est de l’air chaud (et humide) et son refroidissement peut causer de la condensation. Mais cela est nettement moins important car la quantité d’air dans l’appareil est faible et se diluera rapidement.

La solution

Pour éliminer la condensation il suffit de sécher les surfaces sur lesquelles les gouttelettes se forment; facile sur l’appareil, beaucoup moins voir impossible à l’intérieur du boitier ou d’un objectif. Il est donc préférable d’éviter la condensation pour cela, rien de plus simple.

Lorsque vous êtes encore au froid (dehors donc), mettez votre matériel dans un sac hermétique type sac de congélation et fermez le bien.

En rentrant, il va se former immédiatement de la condensation sur le sac mais pas à l’intérieur. Il suffira alors de l’essuyer et d’attendre quelques minutes que le matériel qui se trouve à l’intérieur se réchauffe. En ouvrant le sac il n’y aura pas de condensation.

Share it